170,000 personnes déplacées dans le nord-ouest par la violence armée

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 24 Sep 2013

(Bossangoa/Bangui, 24 septembre 2013): Plus de 170 000 personnes, la moitié d’entre eux des enfants, ont fui leurs foyers au cours des deux dernières semaines dans la préfecture d’Ouham, nord-ouest de la République centrafricaine (RCA), à la suite des affrontements entre les ex-rebelles de la Séléka, des groupes d’auto-défense et d’autres groupes armés non identifiés.

Les affrontements ont commencé le 7 septembre à Bossangoa et se sont depuis répandus dans toute la préfecture. Plusieurs villages se sont dépeuplés et certains ont même été entièrement rasés par les groupes armés.

Plus de 36 000 personnes nouvellement déplacées se sont refugiées dans l'enceinte de l'Eglise catholique de Bossangoa et dans une école locale. D’autres se sont réfugiés dans la brousse et ont un besoin urgent d’assistance humanitaire.

Les 19-21 septembre, pour la première fois depuis mars 2013, une mission humanitaire dirigée par l'ONU s’est rendue à Bossangoa, afin d’évaluer les besoins des personnes déplacées.

« Les affrontements ont généré une peur et méfiance profondément enracinée parmi la population entière. Depuis notre arrivée à Bossangoa, des incidents de violence nous sont rapportés tous les jours, dont des pertes en vies humaines, » a déclaré Amy Martin, chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires en RCA.

« Les civils sont au centre des combats et sont à la merci de n’importe qui en possession d’une arme à feu. Tous les acteurs armés doivent cesser les hostilités et respecter les droits de la population civile, tout en créant aussi des conditions favorables pour l’acheminement de l'aide humanitaire ».

L'ONU maintiendra une présence à Bossangoa, où elle fournira un appui à la population qui a un besoin urgent en matière d'assainissement, d'eau, d'abris, d'articles non alimentaires ainsi que des vivres. Les agences onusiennes avaient été contraintes de quitter Bossangoa pour des raisons de sécurité en mars 2013, lorsque la Séléka s’était emparée de la ville.

Depuis le début de l'offensive Séléka en décembre 2012, les gens à travers le pays ont fui leurs maisons recherchant plus de sureté. L’ensemble de la population estimée à 4,6 millions est touchée par la crise - la moitié sont des enfants. En date du 24 septembre, il y a 394 900 personnes déplacées en RCA et plus de 61 000 Centrafricains refugiés dans les pays voisins. Les ONG ont continué à fournir une assistance vitale à la population tout au long de la crise à travers la RCA.

Seulement 37 pour cent des 195 millions de dollars requis pour l’appel humanitaire pour la RCA ont été financés et des fonds supplémentaires sont nécessaires de toute urgence.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.