Les femmes de Nanbolokaha réclament la scolarisation des filles et l’aide à l’autonomie financière

Report
from UN Operation in Côte d'Ivoire
Published on 16 Jul 2014 View Original

Les femmes de Nanbolokaha souhaitent une scolarisation plus accrue des jeunes filles, une aide de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et des partenaires au développement pour les activités génératrices de revenus qui leur permettront d’avoir une autonomie financière et un renforcement de la sensibilisation sur les violences basées sur le genre : ce sont là quelques-unes des recommandations issues d’une séance d’information et d’échanges, initiée par la Mission onusienne, en partenariat avec l’ONG Grenier International. La rencontre a eu lieu, le mercredi 16 juillet 2014, à Nanbolokaha, un village de la sous-préfecture de Tioro, à 570 km au nord d’Abidjan.

Une cinquantaine de femmes ont pris part à cette activité dont l’objectif principal était de sensibiliser les femmes rurales sur les violences basées sur le genre (VBG), la cohésion sociale, la réconciliation et le développement local.

Après avoir expliqué le mandat de protection des civils, les bureaux régionaux des Affaires civiles, de l’Information publique ainsi que la Police de l’ONUCI ont exhorté les femmes à l’entente et à la cohésion pour se mettre sur la route du développement. Par ailleurs, la délégation onusienne a insisté sur les conséquences de l’excision et du mariage forcé, non sans demander aux femmes de contribuer à la scolarisation des jeunes filles.

Pour la Présidente de l’Association des Femmes de Nanbolokaha, Tortchia Tuo, « les femmes ont beaucoup de besoin, c’est pourquoi elles ont décidé de se mettre ensemble pour, non seulement renforcer la cohésion sociale, mais aussi et surtout lutter contre la pauvreté par le biais d’activités génératrices de revenus ».

Dans la foulée, la Présidente de l’ONG Grenier International, Salimata Ouattara, a souligné l’importance de la prise en charge des femmes par elles-mêmes, afin de « combattre pour réussir leur propre développement et être des modèles pour les jeunes filles de demain ».

Au terme des échanges, les femmes, avec le soutien du Chef de village de Nanbolokaha, Sekongo Nadjo, ont plaidé auprès des autorités locales pour la construction d’une école primaire, d’un centre de santé et l’amélioration de l’adduction en eau potable.