Grossesses précoces en milieu scolaire : l’ONUCI sensibilise les filles du lycée de Toulepleu

Report
from UN Operation in Côte d'Ivoire
Published on 14 Nov 2013 View Original

Pour contribuer à la lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire, l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), a organisé, mercredi 13 novembre 2013, une séance de sensibilisation à l’endroit de plus d’une centaine de jeunes filles du Lycée moderne de Toulepleu, ville située à environ 650 km d’Abidjan.

Cette séance s’inscrit dans le cadre des activités de l’ONUCI de protection des personnes vulnérables, des violences sexuelles basées sur le genre et de la promotion de la culture des valeurs de paix. Elle a bénéficié de l’appui de la police et de la gendarmerie locales.

La composante Police des Nations Unies a situé le contexte du phénomène des grossesses précoces en milieu scolaire et mis en exergue ses causes et ses conséquences au travers d’échanges interactifs avec les élèves sur les comportements à adopter pour être à l’abri de ces grossesses. Prodiguant des conseils aux jeunes filles, la Police onusienne a appelé les populations à interdire les mariages précoces pour les jeunes de moins de 18 ans, à dénoncer les cas de violences sexuelles basées sur le genre aux services compétents, tout en évitant les règlements à l’amiable. Les jeunes ont été invités à convaincre les parents sur l’inopportunité de certaines coutumes qui empiètent sur les droits des filles.

L’officier en charge de droits de l’Homme de l’ONUCI a, lui, encouragé les élèves à dénoncer les violences commises sur elles notamment les cas des viols qui sont des pratiques courantes. « Si vous êtes victimes d’un cas de viol, n’hésitez pas à saisir la police ou la gendarmerie pour que l’auteur de cet acte soit puni conforment aux textes en vigueur. Cela servirait d’exemple pour toute personne qui serait tenté de commettre de tels actes », a-t-il dit.

Le Censeur du Lycée de Toulepleu, Dao Oumar, s’est réjoui de cette initiative de l’ONUCI qu’il faut saluer et encourager. « Il faut une intensification du message car le phénomène des grossesses en milieu scolaire est préoccupant à Toulepleu. Des campagnes d’information et de sensibilisation permettront aux filles de comprendre le danger qu’elles courent en ayant des grossesses précoces et la nécessité de se consacrer à leurs études pour leur avenir et celui de leur famille », a-t-il conclu.

Précisons que depuis le début de l’année scolaire 2013-2014, une dizaine de grossesses ont été officiellement constatées par les responsables de cet établissement. Autre fait notable, a noté le chargé des droits de l’Homme de l’ONUCI, depuis la reprise des cours après la crise post-électorale, aucune fille du lycée n’a été admise au baccalauréat.