Deuxième dialogue intercommunautaire en faveur de la cohésion sociale entre les commerçantes des marchés de Duekoué

Report
from UN Operation in Côte d'Ivoire
Published on 05 Mar 2014 View Original

L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) poursuit le dialogue intercommunautaire en faveur de la cohésion sociale entre les commerçantes des marchés de Duékoué, localité située à 502 km au nord-ouest d’Abidjan. Entamée il y a quelques semaines, la deuxième rencontre du genre a eu lieu ce mardi 4 mars 2014.

La fracture engendrée par la récente crise post-électorale a secoué la Côte d’Ivoire entière mais a marqué spécifiquement Duekoué qui renait de ces cendres. C’est dans ce contexte que la section des Affaires civiles de l’ONUCI qui a, entre autres pour mandat, le renforcement de la cohésion entre les populations, a initié le 19 février dernier, le rapprochement des femmes commerçantes de Duékoué en vue de restaurer la cohésion sociale qui s’est effritée.

Si la première journée de ce dialogue intercommunautaire a été dédiée aux femmes commerçantes des quartiers non éligibles au grand marché, la seconde journée initiée ce 4 mars concerne les femmes qui, à la faveur de la crise, sont non seulement restées au grand marché, mais occupent également les places délaissées depuis par plusieurs dizaines d’autres femmes.

La représentante de la coordonnatrice des bureaux de l’ONUCI à Duekoué, Michele Wabo, a mis l’accent sur l’un des objectifs de la rencontre qui consiste à favoriser le retour au grand marché, des femmes qui y ont perdu leurs places. « Vous nous avez donné votre accord d’accepter le retour des femmes qui ont quitté le grand marché pour des raisons liées à la crise. Nous voulons vous écouter aujourd’hui, avant la grande rencontre du 6 mars prochain qui regroupera toutes les commerçantes. Ouvrez votre cœur pour que la vérité jaillisse, chères mamans » a-t-elle dit aux femmes concernées.

Dans son allocution à l’ouverture de la rencontre, le 2e adjoint au Maire, Adama Traoré, a pour sa part, situé l’objet de la rencontre. « La séance de travail qui vous réunit ce jour touche à la réconciliation qui fera en sorte que les femmes puissent s’entendre et être sur le même espace. Merci de votre présence qui devrait permettre que la réconciliation ait lieu. Notre souhait est que vous marchiez la main dans la main », a-t-il indiqué. Unir les femmes, c’est réconcilier toute la population, a-t-il encore déclaré avant de conclure : « cette séance, nous la voulons sincère pour qu’au bout il y ait la réconciliation ».

Le Curé de la paroisse Ste Thérèse de l’enfant Jésus et Président de la Commission locale Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), le Père Ahouré Cyprien, n’a pas caché sa joie en constatant la présence effective des femmes du grand marché à ces assises. « Je suis heureux de vous voir, car le processus de rapprochement a démarré le 19 février dernier. Aujourd’hui, nous écoutons les femmes du grand marché. Nous travaillons au moindre détail pour que tout ce qui peut permettre la réconciliation soit effectif », a-t-il dit.

Quant au 2e du Secrétaire général de préfecture, Kouamé Yao, il a rappelé une maxime pour exprimer sa pensée. « Lorsque le couteau avec lequel vous travaillez vous blesse, vous le laissez en marquant un temps d’arrêt avant de le reprendre pour continuer votre tâche ménagère. Cette maxime s’applique également aux êtres humains que vous êtes » a-t-il précisé. Pour M. Yao, ce qui est arrivé en Côte d’Ivoire et qui a eu des répercutions à Duekoué est un fait national. « Nous devons accepter d’aller à la réconciliation, à la paix. Vous devez nous dire aujourd’hui ce qui vous oppose, pour qu’ensemble, nous allions à la paix » a-t-il conseillé pour terminer.

Les commerçantes concernées par la rencontre du jour, ont expliqué qu’elles n’ont fait qu’occuper les places abandonnées par leurs consœurs au sein du marché. Mais elles ont accepté de laisser les autres femmes venir à nouveau s’y installer.

La prochaine rencontre prévue le 6 mars va regrouper toutes les femmes commerçantes des marchés de Duékoué et devrait en principe, trouver une solution définitive à la question.