Des dizaines d’Ivoiriens regagnent leur pays sous les auspices des Nations Unies

Report
from UN Operation in Côte d'Ivoire
Published on 11 Nov 2013 View Original

Plusieurs dizaines d’Ivoiriens jusqu’alors réfugiés au Libéria ont regagné le vendredi 8 novembre 2013, la Côte d’Ivoire sous les auspices des Nations Unies et des ONG affiliés. Il s’agissait du 20e convoi de l’année 2013, dans le cadre du rapatriement volontaire, qui concernait 236 personnes dont 117 femmes et 118 hommes issus de 53 familles, en plus d’une Libérienne mariée à un Ivoirien.

Outre l’assistance et la prise en charge des réfugiés par les structures des Nations Unies, l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), particulièrement, à travers sa police et son bataillon nigérien, a assuré la sécurité du convoi jusqu’au centre de transit de Tabou puis vers les localités d’origine.

Au centre de transit de Tabou où ils ont été accueilli dès leur arrivée, le Coordonnateur du Système des Nations Unies à Tabou, par ailleurs chef du bureau local du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), a souhaité la bienvenue aux retournés, non sans souligner qu’ils tracent par ce choix, le chemin de la réussite du processus de réconciliation. « Au nom de la représentante de l’UNHCR en Côte d’Ivoire et au nom de tout le Système des Nations Unies à Tabou, nous vous disons Nawioh ! (ce qui signifie bienvenue en langue locale). En décidant librement de rentrer chez vous, vous venez apporter un boom au processus de paix et de réconciliation en cours. Votre pays est en marche et vous attendait en tant que fils et filles pour sa reconstruction », a soutenu le coordonnateur.

Le Secrétaire général de préfecture, Ouattara Fangayerba qui représentait le Préfet du département, a lui aussi, abondé dans le même sens et rassuré les arrivants de ce que la sécurité régnait désormais dans le pays. Il les a ensuite exhortés à encourager au retour, les Ivoiriens encore en exil. « Vous constaterez que des efforts notables ont été faits par l’Etat et ses partenaires internationaux pour assurer votre sécurité. Recommandez à vos frères et sœurs encore en exil, à rentrer au bercail et comportez-vous surtout en bons citoyens », a souligné l’autorité préfectorale.

Des vivres (riz, huile, etc.) et non-vivres (seaux, couvertures, kits de cuisine, bâches, etc.) et un cash de 70.000 FCFA par adulte et 50.000 FCFA par enfant ont été remis à chaque famille avant leur convoyage dans leur village d’origine.