Us$160 millions requis pour l’aide humanitaire en Côte d’Ivoire

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 14 Apr 2011

(New York / Abidjan, 14 avril 2011): Les agences humanitaires ont lancé aujourd’hui un appel de fonds de US$160 millions afin d’augmenter l’aide humanitaire pour les neuf prochains mois en Côte d’Ivoire où la crise humanitaire a affecté des milliers de ménages à travers le pays.

Au début de la crise humanitaire, les agences d’aide avaient lancé, en janvier, un appel de fonds de $32 millions. L’appel d’aujourd’hui de $160.444.033-cinq fois plus élevé- reflète la situation dramatique en Côte d’Ivoire. Il vise à apporter une assistance en sécurité alimentaire, nutrition, éducation, protection, eau, santé et hygiène à plus de deux millions de personnes à travers le pays. Le pays connait une crise majeure qui a conduit plus de 800 000 personnes à se déplacer a l’intérieur du pays tandis que plus 130 000 ivoiriens ont fui vers les pays voisins.

« La crise humanitaire a besoin d’une réponse rapide et soutenue de la communauté des donateurs, » a dit le coordonnateur humanitaire de la Côte d’Ivoire, M. Ndolamb Ngokwey.

L’appel de $160 millions permettra aux agences des Nations Unies et aux ONG d’accroître considérablement l’aide d’urgence notamment dans la capitale économique Abidjan et à l’ouest. Alors qu’à l’ouest, les agences humanitaires ont pu distribuer de l’aide, l’aide d’urgence est de loin plus problématique à Abidjan en raison d’un manque d’accès à cause de l’insécurité. L’appel cherche également des fonds pour l’aide d’urgence au nord, une zone qui a reçu peu d’attention durant les quatre derniers mois.

Avec des projets pour un montant de $42,3 millions, la protection est le secteur nécessitant le plus de financements, reflétant le fait que la crise a été principalement une crise de protection. $17,6 millions sont également recherchés pour la sécurité alimentaire. $5,8 millions pour l’éducation ; $6,4 millions pour la santé et $7,5 millions pour le relèvement précoce. Au sommet de la crise, les écoles étaient fermées ; les structures sanitaires n’avaient manqué de médicaments et le personnel de santé était absent ; le prix des aliments avait au moins doublé ; les familles d’agriculteurs n’avaient plus accès à leurs terres.

« La crise humanitaire n’est pas encore terminée. A travers tout le pays, cela prendra plusieurs mois pour restaurer la dignité des personnes et rétablir les moyens d’existence. Les agences d’aide seront là le temps qu’il faudra mais nous avons besoin de commencer maintenant. Nous avons besoin de seulement $74 pour chaque personne affectée, » a dit M. Ngokwey.

Les acteurs humanitaires au Liberia, pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés ivoiriens avec plus de 130 000 personnes, a également lancé un appel de $146,5 millions pour répondre aux besoins humanitaires.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.