Le Gouvernement ivoirien et les Nations Unies révisent les mécanismes de coordination humanitaire

Report
from UN Operation in Côte d'Ivoire
Published on 18 Jul 2013 View Original

Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies, Coordonnateur résident du Système des Nations Unies et Coordonnateur humanitaire en Côte d’Ivoire, Ndolamb Ngokwey, a participé, mercredi 17 juillet 2013, avec plusieurs fonds, agences et programmes des Nations Unies en Côte d’Ivoire, à la mise en place, par le Gouvernement ivoirien, du Comité de Coordination Elargie (CCE) qui s’inscrit dans le cadre de la révision des mécanismes de coordination de l’action humanitaire. La mise en place de comité a eu lieu lors d’une cérémonie officielle à Abidjan, au siège du ministère ivoirien de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant.

Dans son allocution, Ndolamb Ngokwey a salué la mise en place du CCE qui pour lui, est une nécessité. Même si la Côte d’Ivoire n’est plus dans une urgence humanitaire aigue, a-t-il expliqué, cela ne signifie pas qu’il n’y a plus de besoins humanitaires résiduels. « Il était important que le comité soit mis en place parce qu’il existe encore des populations vulnérables dont nous devons nous occuper », a dit M. Ngokwey, insistant notamment sur la nécessité d’apporter des solutions durables aux problèmes des personnes déplacées.

La Ministre ivoirienne de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, Anne Ouloto, s’est également félicitée de la création d’un dispositif de coordination qui permettra d’adresser les besoins humanitaires résiduels. Le retrait progressif des partenaires humanitaires au profit des structures gouvernementales doit être soutenu par un dispositif de coordination ; la mise en place du comité de coordination élargi est une réponse à cette exigence, a-t-elle souligné. Mme Ouloto a, par ailleurs, plaidé pour que les partenaires humanitaires et le Gouvernement ivoirien continuent de travailler main dans la main pour aider les populations à surmonter les effets de la crise.