L’ONUCI forme 500 FRCI a Akouedo

Report
from UN Operation in Côte d'Ivoire
Published on 12 May 2013 View Original

L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) organise un stage de formation au profit de 500 militaires de rang spécialisés en logistique au Nouveau Camp d’Akouedo, à Abidjan. Cette formation qui a débuté le 3 mai dernier, s’est poursuivie ce vendredi 10 mai 2013.

L’objectif principal de cette formation vise à contribuer à mieux préparer les stagiaires à servir la population. A ce sujet, Touré Mamadou, de la Division de la Réforme du Système de Sécurité (RSS) de l’ONUCI, a également précisé que cette formation proposée aux Forces Républicaine de Côte d’Ivoire (FRCI) constituait une opportunité de les familiariser davantage avec les standards internationaux et la déontologie de leur métier. Plusieurs thèmes sont à l’ordre du jour dont entre autres les Droits de l’Homme, le Droit International Humanitaire, l’Etat de Droit, les relations civilo-militaires, la protection des civils, la promotion du genre, la lutte contre le VIH/SIDA et la gestion du stress.

Evoquant les relations civilo-militaires, le Lieutenant-colonel Ismaila Adjanohoun de la force onusienne a indiqué que le militaire est au service de la population rappelant que « l’armée est une institution républicaine ».

Concernant la protection des civils par les militaires, Gilbert Nantsa du bureau du Representant spécial Adjoint du Secrétaire General des Nations Unies, a évoqué trois axes, notamment la promotion de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, la protection des populations contres les violences et enfin la mise en place d’un environnement approprié. Issa Koné de la Division de l’Etat de Droit de l’ONUCI a insisté auprès des stagiaires sur la nécessité du respect des droits de l’Homme. Il a également partagé les fondamentaux quant à l’Etat de droit et au comportement républicain du militaire au sein de la société.

Le Capitaine Brou Konan, du Bureau Logistique des Forces Terrestres et Directeur de la formation, a mis l’accent sur l’importance de ce type d’enseignement en particulier après le conflit qu’a connu la Côte d’Ivoire. Selon Zion Raymond et Traoré Yaya, respectivement futurs Sergent et Sergent-chef de la Gendarmerie, ce renforcement de capacités leur a permis de mieux appréhender l’envergure de leurs devoirs envers la population afin de la servir au mieux et de la protéger.