L’ONUCI exhorte les populations d’Aniassue à s’impliquer dans le processus de paix et de réconciliation nationale

Report
from UN Operation in Côte d'Ivoire
Published on 10 Oct 2013 View Original

Dans le cadre de ses activités quotidiennes de proximité afin de mieux se rapprocher des populations, l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), a initié, le mercredi 9 octobre 2013, une rencontre de sensibilisation et d’information dans la sous-préfecture d’Aniassué, à 190 km, à l’est d’Abidjan.

La délégation de l’ONUCI composée du Bureau de l’Information publique, de la Sécurité, des Observateurs militaires et de la Police des Nations Unies d’Adzopé a échangé avec les populations d’Aniassué sur plusieurs aspects liés à la bonne avancée du processus de paix et de réconciliation nationale.

Après avoir expliqué le mandat de l’ONUCI ainsi que celui de ses différentes composantes militaires et civiles, la délégation a encouragé le public à une parfaite collaboration et cohabitation avec les forces de sécurité locale. L’assistance a été également invitée à cultiver la paix, à renforcer la cohésion sociale et à emprunter résolument la voie du pardon, de la tolérance et de la réconciliation.

Le Sous-préfet d’Aniassué, Tokpah Soumahoro, tout en saluant cette initiative de l’ONUCI, a saisi cette occasion pour interpeller toutes les personnes qui détiennent illégalement des armes de les déposer afin de garantir la stabilité et le bien-être dans sa circonscription. « Il est temps pour ceux qui ont des armes avec eux de les déposer. N’ayez aucune crainte en le faisant, vous ne serez pas dénoncés ni poursuivis », a-t-il indiqué.

Au terme de cette rencontre à laquelle ont pris part les Forces républicaines de Côte d’Ivoire d’Aniassué, les populations ont posé des questions afin de s’instruire amplement sur les attributions de l’ONUCI et de comprendre l’embargo sur les armes ainsi que le processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR).

Notons que les habitants de cette localité ont saisi l’occasion de cette rencontre pour présenter leurs doléances aux autorités locales : la sensibilisation aux droits de l’Homme et la construction d’un logement pour le Sous-préfet.