Les personnes affectées par le conflit au cœur du développement du Burundi

Report
from UN Development Programme
Published on 19 Jan 2013 View Original

Au Burundi, les Nations Unies figurent parmi les principaux acteurs sur terrain et agissent notamment à travers le programme intégré ‘‘Consolidation de la paix et réintégration socio-économique durable en faveur des personnes affectées par le conflit’’. Bénéficiant des financements du fonds de consolidation de la paix (PBF), la communauté onusienne en participant à cette initiative accompagne le pays sur la voie du développement durable dans un climat apaisé.

Afin de mieux cibler les grandes activités à réaliser en 2013, le gouvernement du Burundi en collaboration avec le PNUD a regroupé le 15 janvier 2013 les partenaires concernés (experts sectoriels, administration, société civile, secteur privé, acteurs locaux de mise en œuvre) dans un atelier de planification opérationnelle des réalisations à atteindre au cours de cette année.

« L’atelier a pour objectif l’élaboration d’un plan opérationnel intégré budgétisé pour 2013, qui donne des précisions sur les principales activités prévues dans le document de programme, l’estimation de la durée de réalisation et les ressources nécessaires pour ces activités », a déclaré Corneille Nkoripfa, conseiller au ministère en charge de la solidarité nationale et du rapatriement.

Aujourd’hui, dans le cadre du PBF, les Nations Unies concentrent leurs activités sur les provinces de Bubanza, Cibitoke, et Bujumbura qui enregistrent le plus grand nombre de personnes cibles (déplacés, rapatriés, ex-combattants et vulnérables).

« Il est très important de travailler pour les personnes affectés par le conflit, beaucoup de regards sont tournés vers cette réunion qui programme les réalisations concrètes et visibles pour 2013 », a dit pour sa part M. Jean Kabahizi chef d’unité relèvement communautaire au PNUD au cours des travaux de l’atelier.

Le programme a déjà réalisé 50 % de ses activités prévisionnelles Avec une fin prévue en octobre 2013, ce programme qui a débuté ses activités de terrain en juin 2012 a déjà atteint ses réalisations à hauteur de 50% a indiqué M. Laurent Rudasingwa, conseiller technique principal de ce programme du fonds de consolidation de la paix. D’un financement de dix millions de dollars, ce programme vise à faire participer les communautés, les structures étatiques et les organisations de la société civile au niveau local à la prise en charge des besoins de relèvement socio-économique, de consolidation de la paix et de la démocratie.

Ce programme exécuté grâce au concours de six agences des Nations Unies : BIT, FAO, HCR, ONUFEMMES, PNUD et UNFPA s’inspire des axes du CLP II et de l’UNDAF qui sont : Etat de droit, gouvernance et égalité de genre), économie et emploi, services sociaux de base et relèvement communautaire. Il s’inscrit également dans la logique de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Réintégration et dans la dynamique de transition vers le développement durable.