Burkina Faso: Perspectives sur la sécurité alimentaire Février à Septembre 2017

Report
from Famine Early Warning System Network
Published on 28 Feb 2017 View Original

Des perspectives alimentaires dans l’extrême nord dépendantes de l’évolution des prix du bétail

MESSAGES CLÉS

  • Nonobstant des récoltes globalement en-dessous de la moyenne, les ménages pauvres dans l’extrême nord du pays continuent d’avoir une consommation alimentaire habituelle, basée essentiellement sur leur production. Jusqu’à avril, ils ne sont pas contraints à des stratégies atypiques pour l’accès à leur alimentation et vivent une insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC).

  • Les activités maraichères, présentement en pleine effervescence à la faveur de la disponibilité de l’eau, constituent une alternative de revenu pour les producteurs en leur permettant ainsi d’éviter de brader leurs céréales juste après les récoltes. Tout en procurant des emplois aux ménages les plus pauvres, elles permettent également de renforcer et diversifier l’offre des produits maraichers sur les marchés qui sont moyennement approvisionnés en céréales à des prix dans l’ensemble similaires à ceux de la moyenne quinquennale.

  • Dans l’ensemble du pays, les marchés à bétail restent caractérisés par la morosité de la demande Nigériane. Dans l’extrême nord du pays, les marchés subissent en outre, le contrecoup des attaques terroristes récurrentes entrainant ainsi la chute des prix des animaux et la réduction du pouvoir d’achat des ménages notamment les plus pauvres. Dans les tout-prochains mois, la dépendance au marché, habituellement très forte, va encore se renforcer et leur accès à l’alimentation sera réduit du fait de la faiblesse de leur pouvoir d’achat et ils auront une insécurité alimentaire aigue Stress (Phase 2 de l’IPC) d’avril à septembre