Burkina Faso : Bi-mensuel humanitaire mai et juin 2013

I.BREF APPERCU DE LA SITUATION HUMANITAIRE

Le dispositif national de suivi de la situation alimentaire et des partenaires se concentre sur le suivi du démarrage de la campagne agricole. Selon le dernier bulletin de Fewsnet, quelques déficits pluviométriques ont été enregistrés (10 à 30%) comparés à la moyenne 2008-2012 dans plusieurs régions du pays (CentreSud, Centre, Plateau Central, Centre-Nord, Nord et Sahel). Dans les régions de l’Ouest du pays (Ouest, Cascades), trois à quatre décades de retard de semis ont été observés par rapport à la médiane. La campagne qui a connu un démarrage précoce par rapport à l’année écoulée est marquée par la fin des activités de contre saison et la poursuite des travaux de préparation des champs et semis pour la campagne agricole 2013-2014

Par ailleurs, la situation des marchés agricoles au niveau national montre une tendance générale à la baisse de 2% du prix des principales céréales (sorgho blanc et maïs blanc) en mai 2013 par rapport au mois précédent, et de 22% par rapport à la même période de l’année 2012. A l’approche de la période de soudure, une tendance à la hausse des prix devrait être observée pour les mois à venir, s'appuyant sur une forte demande des ménages et la reconstitution des stocks nationaux de sécurité.

Concernant la nutrition, l’analyse des données de la prise en charge des enfants malnutris montre que le nombre de Malnutrition Aigüe Sévère (MAS) attendus en 2013 dans les Camps de réfugiés a été sous-estimé.

Une nouvelle estimation attendue sur la base des données définitives de l’enquête nutritionnelle conduite dans les camps et sur la base des admissions enregistrées depuis le début de l’année est en cours.

Actuellement, on assiste à des taux élevés d'anémie (moyenne de 66,6% dans tous les camps) et de Malnutrition Aiguë Globale (MAG) dans le camp de Goudoubo (24,5% MAG).

Sur le plan de la gestion des réfugiés maliens, la Commission Nationale pour les Réfugiés (CONAREF), l’UNHCR et 17 partenaires opérationnels ont consolidé trois camps principaux où les réfugiés ont accès à une assistance multisectorielle. Avec l’installation de la saison de pluies, les risques d’inondations dans les camps existent et les acteurs travaillent à atténuer d’éventuelles conséquences de pluies torrentielles qui pourraient survenir dans les camps.

Au plan épidémiologique, le pays court en cette période du dernier semestre de l’année, un risque de survenue d’épidémie de choléra. Bien que le pays n’ait pas enregistré à ce jour une épidémie de méningite, les mesures de prévention restent d’actualité notamment pour la période d’octobre à décembre à venir qui marquent habituellement le début de la saison épidémique de méningite.

En somme, il importe de noter que les populations vulnérables du Sahel, non encore remises de la crise de 2012, sont encore soumises aux risques de fortes pluies pouvant provoquer des inondations et des dégâts auxquels s’ajoutent ceux d’une épidémie de méningite et d’une invasion acridienne. La vigilance reste nécessaire.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.