Burkina Faso : Bi-mensuel coordination humanitaire août-septembre 2013

Ce rapport présente la situation humanitaire des mois d’ Août et Septembre 2013. Il a été produit sur la base des informations collectées auprès des partenaires et des chefs de file des secteurs. Au-delà de la revue de la situation humanitaire dans sa globalité, le présent rapport met un accent particulier sur les secteurs de la nutrition ; de la VBGet de la santé reproductive.

I. BREF APERCU DE LA SITUATION HUMANITAIRE

La situation humanitaire de ces deux derniers mois a été non seulement marquée par les questions relatives à la sécurité alimentaire et à la malnutrition des populations vulnérables qui ont traversé la période de soudure mais aussi par les conséquences des inondations.

La mise en œuvre du plan national de résilience et de soutien aux populations vulnérables s’est poursuivie pendant la période de soudure avec les ventes de céréales à prix social à travers tout le pays. Toute chose qui a permis d’alléger la souffrance des populations vulnérables. Au-delà des actions de court terme inscrites dans le Plan de Résilience et de Soutien aux Populations Vulnérables, l’Etat a entrepris l’élab oration d’une politique nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle afin de remédier à la situation des crises alimentaires récurrentes.

Par ailleurs, il convient de mentionner que la nouvelle campagne agricole est à terme. Les producteurs et les services techniques sont confiants quant à la bonne issue de cette campagne. Nonobstant les retards constatés et compte tenu des prévisions d’une fin normale des pluies, il est envisagé une campagne agricole normale et une situation alimentaire en nette amélioration.

Quant aux inondations, à la date du 16 septembre 2013, sur la base des évaluations rapides effectuées, le CONASUR (Conseil National des Secours d’Urgence et de Réhabilitation) a dénombré au total 13.057 personnes victimes d’inondations et de vents violents, soit 1.620 ménages dans 10 régions du Burkina Faso. En outre, 21 blessés et 4 décès ont été enregistrés de même que 1.554 sans-abris. Pour faire face à cette situation, le gouvernement à travers le SP/CONASUR, a mobilisé des vivres et du matériel de survie pour répondre aux besoins urgents des populations sinistrées.

Au plan épidémiologique, le suivi indique à la 38ème semaine 2.386 cas cumulés de méningite avec 281 décès et 2.785 cas cumulés de rougeole avec 12 décès. Toutefois, aucun district n’a franchi ni le seuil d’alerte ni les seuils épidémiques.

En ce qui concerne la gestion des réfugiés maliens, le HCR a fait état de retours spontanés et clandestins de réfugiés constatés sur certains camps. Au moins 940 réfugiés seraient volontairement repartis au Mali et 414 réfugiés ont exprimé le désir d’être rapatriés par le HCR au Mali . Pendant ce temps, l’opération d’enregistrement biométrique démarré le 19 Août se poursuit. Les camps de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Djibo ont déjà bénéficié de cet enrôlement dit de niveau III.

Dans les camps de réfugiés, le nombre d’enfants présentant un sérieux risque de malnutrition aigüe sévère a été réévalué sur la base des nouvelles admissions enregistrées entre janvier et juillet 2013, à 320 enfants contre 71 précédemment. Des risques de survenu de maladies pouvant entraîner l’augmentation du nombre de cas de malnutrition dans certaines localités victimes des inondati ons ne sont pas à exclure.

Du point de vue des VBG et santé de la reproduction, les services de planification familiale, de prévention et de dépistage du VIH dans les camps sont faiblement disponibles et moins utilisés par les populations. Les services de santé sexuelle et reproductive adaptés aux besoins des jeunes sont à renforcer dans les camps étant donné que ces derniers représente nt la grande proportion de réfugiés.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.